Home»ACTUALITES»A LA UNE»Sous-tarification en assurance automobile : Des sanctions bientôt infligées aux contrevenants

Sous-tarification en assurance automobile : Des sanctions bientôt infligées aux contrevenants

0
Shares
Pinterest Google+

Abidjan – Le directeur des assurances, Diarrassouba Karim, met en garde contre la sous-tarification en assurance automobile annonçant des sanctions bientôt infligées aux contrevenants.

« La sous-tarification en assurance automobile ne prospéra plus. Sur instruction de nos Autorités, une vaste opération de contrôles se déroulera dans les prochains jours sur toute l’étendue du territoire. A l’issue de ces contrôles, des sanctions seront infligées aux acteurs contrevenants », a prévenu le directeur des Assurances.

Diarrassouba Karim a échangé, jeudi, avec tous les acteurs du marché des assurances pratiquant la branche automobile en vue de trouver une solution au problème de la sous-tarification en assurance responsabilité civile automobile.

Face aux présidents du groupement des professionnels de l’automobile, de l’association des sociétés d’assurances de Côte d’Ivoire (ASA-CI), de l’association nationale des courtiers d’assurance et de réassurance de Côte d’Ivoire (ANCARCI) et des directeurs généraux des organismes d’assurance, il a rappelé qu’un arrêté prévoit un tarif minimal qui repose sur trois critères à savoir la zone géographique de circulation, les caractéristiques et l’usage du véhicule, le statut socioprofessionnel et les caractéristiques du conducteur habituel.

Malheureusement, a-t-il relevé, le non-respect du tarif est observé dans la quasi-totalité des compagnies d’assurances. Deux principaux facteurs sont à l’origine de cette contravention. Il s’agit, selon le régulateur du secteur des Assurances, de la mauvaise gestion des attestations automobiles et de la concurrence malsaine à laquelle se livrent les acteurs du marché.

La sous-tarification généralisée entraine le paiement non diligent des sinistres qui se traduit, selon le directeur des assurances, par de nombreuses plaintes enregistrées par ses services. Il s’agit aussi du retrait d’agrément de certaines sociétés d’assurances, de la mise sous surveillance permanente ou d’Administration provisoire et la déperdition de ressources du Fonds de Garantie Automobile, a-t-il fait remarquer.

Pour M. Diarrassouba, la tutelle a bien voulu prendre ses responsabilités pour mettre un terme à ce qu’elle qualifie de « désordre ».

Au terme d’un dialogue franc entre toutes les parties prenantes, les acteurs du marché de l’automobile ont plaidé auprès de l’Autorité afin de leur accorder un délai d’un mois pour mieux sensibiliser leurs différentes bases.

news.abidjan.net

Previous post

PROGRAMME DES ASSISES DE RÉGULATION DU SECTEUR DES ASSURANCES(ARESA) 2018

Next post

L’augmentation du capital social au cœur des débats de la FANAF